Connect with us

Anciens

Interview : Georges Alary, la mémoire du football ruthénois

Georges Alary, à 80 ans, est la mémoire du football ruthénois. Il a accepté de répondre à nos questions.

Comment vous est venue cette passion pour le football ruthénois ?
Ma passion pour le football a pris naissance en scolaires cadets avec Louis Polonia. Dans les années 80 je l’ai transmise à mes enfants Stephan et Mathieu. Ils ont intégré l’école de foot sous les ordres de Michel Poisson. Tous les deux entraînés par Claude Mole, Christian Bergon, Max Marty et Jean-François Teffo. Ils ont écumé les tournois régionaux avec notamment comme coéquipiers Pierre-Olivier Murat, Olivier Monterrubio, Sylvain N’Diaye et Manu Sangio.


Vous avez créé le club des supporters ?
Dans les années 80 à la demande de Christian Desmazes, journaliste à Midi Libre, j’ai créé le club des supporters. Très vite ce club des supporters a trouvé une vitesse de croisière avec le soutien de François Vayrou, Roger Pelat, Jean-Louis Fau, Jean-Claude Giméno, Roger Bouteille et André Saint Geniez.

Lors de la première assemblée générale en 1984, j’avais déclaré : « Il est indispensable d’avoir des finances saines afin d’épauler et l’alléger de certaines tâches. » Nos finances étaient florissantes, elles provenaient de la bourriche, des ventes de macaron, du bal de la montée en 3ème division et des cartes de membres d’ honneur. Nous avions notamment offert 25 réceptions d’après matchs, 2 bus de supporters pour le déplacement à Brive, le déplacement de l’équipe fanion à Mérignac. Nous avions réussi à équiper l’équipe première de survêtements offerts par la Caisse d’épargne.

Au cours de la saison 1983-1984 un jury composé d’entraîneurs, de journalistes sportifs et des membres du club des supporters a décerné le trophée du joueur de l’année à Fréderic Hantz. Nous lui avions offert 2 places pour assister le 29 mai 1985 à la finale la coupe d’Europe des clubs champions Juve-Liverpool au stade du Heysel à Bruxelles (avion, hôtel et match). Interrogé à son retour, Frédéric nous a confirmé qu’il ne s’était pas aperçu du drame qui était entrain de se jouer, à part quelques mouvements de foule. Le lendemain de notre Assemblée Générale la presse titrait « Toujours plus près des joueurs ». Le club des supporters prenant le pas sur le Stade Ruthénois, il nous a été demandé de mettre en sommeil le club des supporters.


Vous avez ensuite intégré le comité directeur ?
Oui, j’ai ensuite intégré le comité directeur. J’ai opéré sous les présidences de Jacques Larqué, Jean-Paul Viguié, Bernard Charrié et Jean-Pierre Martel.
J’étais responsable des relations publiques et à ce titre je conduisais les arbitres au restaurant Le Kiosque pour la collation d’avant match. Je conserve d’excellents souvenirs d’Alain Sars ou Gilles Veissière.


Vous aviez tissé des liens forts avec les dirigeants et les joueurs ?

Cette période a été très enrichissante, j’ai eu des relations amicales avec Michel Poisson, entraîneur emblématique du club, Jean-François Teffo, entraîneur des cadets nationaux (où jouait mon fils Stéphan), Guy Cayssials, Jean-Paul Viguié, Jacques Panissal et Gabriel Philoreau.
Des joueurs je garde d’excellents souvenirs de Pascal Auréjac, Laurent Sachy, Marco Nenezic, Alexander Kristic, Alain Vayrou, Marc Geniez, Jeff Pradier et du battant Alain Matha.


Quels sont vos meilleurs souvenirs ?
En premier la victoire 2 à 0 à Mont-de-Marsan, avec des buts de Jean-Luc Pasturel et Jeff Pradié, qui nous offrait la montée en Division 2.
En second l’épopée en Coupe de France 91 avec notamment un déplacement mémorable en train à Annecy et évidemment la demi-finale au Vélodrome face au grand OM et un but de Jeff Pradié qui nous a évité d’être fanny.


Je sais que vous avez de nombreuses anecdotes, pouvez-vous nous raconter la plus croustillante ?
Devant me rendre à Strasbourg , j’avais demandé au Président Jacques Larqué d’obtenir auprès du président des lionceaux l’autorisation de filmer le match que devait livrer les Sochaliens face au PSG. Le président de Sochaux refusa cette autorisation. Ali Rachedi demandait alors cette autorisation à l’entraîneur sochalien, Silvester Takak. Il refusa également. J’adressais donc un fax au Président de la FFF. Ce dernier me donnait l’autorisation de filmer ce match. Après visionnage, Michel Poisson et les joueurs constatèrent que les corners et coups francs étaient tirés au second poteau.


Quel est le joueur qui vous a le plus marqué ?

Ils sont plusieurs, dans l’ordre d’ancienneté : Ali Rachedi, Marko Nenezic, Aleksandar Krstic et Laurent Sachy malgré son passage trop bref.


Quel est le dirigeant qui vous a le plus marqué ?

Jean-Paul Viguié qui a géré le club en bon père de famille. Il a eu le courage de revenir en 1992 après la liquidation.

« En rejoignant le bus qui nous conduisait à l’aéroport nous nous sommes retrouvés dans le noir. »


Vous avez effectué également de nombreux déplacements pour supporter Rodez, quel est le celui que vous retiendriez en particulier ?

Celui de Bastia. Après le match en rejoignant le bus qui nous conduisait à l’aéroport nous nous sommes retrouvés dans le noir avec le retentissement du bruit des bombes agricoles.


Vous devez être ravi de revoir le club à un tel niveau ?

En effet, c’est un immense plaisir de voir le club à ce niveau. Cela est dû à la parfaite gestion du club par le tandem composé par Pierre-Olivier Murat, Président, et Grégory Ursule, « super manager général ».


On vous voit à Paul Lignon mais aussi aux bords des terrains de Vabre pour observer la réserve ou les plus jeunes, vous êtes un vrai passionné ?

En effet je vais à Vabre le dimanche pour m’oxygéner. Cela me permet également d’observer les jeunes joueurs de la réserve et aussi de refaire le match de l’équipe fanion avec les autres supporters.


Quels sont vos joueurs préférés de l’équipe fanion ?

David Douline pour son abattage et son activité débordante. Ugo Bonnet pour sa technique en mouvement et son jeu de tête. Valentin Henry, malgré quelques fois sa défense sur l’homme moyenne, qui est largement compensée par la qualité de ses centres souvent synonymes de passes décisives. Il a réussi à nous faire oublier Jérémy Mellot.


Georges un petit mot pour les supporters ruthénois ?
J’espère que la crise sanitaire va passer et que les supporters ruthénois pourront revenir au stade. Je leur souhaite une bonne saison avec du spectacle. Leurs encouragements seront les bienvenus. Allez Rodez !!!

Interview Georges Alary 23 juillet 2020 par Paulo Toutain

Cliquez pour commenter

Laissez un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Anciens